Notre Vocation

 Faire des accessoires qui vous accompagnent à chaque moment de votre vie
Suivez Nous
Title Image

Blog

L’éthique est une philosophie portant sur les jugements de valeur. Elle se définit comme une réflexion fondamentale sur laquelle la morale établira ses normes, ses limites et ses devoirs par apport à une situation donnée. Il est important de savoir faire la différence entre une éthique et une  valeur. L’éthique est insuffisante si elle n’est pas articulée à de bonnes méthodes de gouvernance favorisées par des outils de pilotage. Première condition de l’éthique, l’altruisme est en quelque sorte la source du désir de vertu en général (Comte Sponville, 2006). Cette disposition se fonde sur une considération de l’autre (résident ou professionnel) en tant que personne et non en tant que chose. Par exemple, le fait que chaque résident ait un référent parmi le personnel vise à garantir la prise en compte personnalisée de ses besoins et de ses attentes.

 

Le respect et la considération nourrissent l’estime de soi des professionnels, source de respect et d’altruisme pour les résidents. Le deuxième principe d’action est la justice qui consiste dans le respect de la législation en vigueur, elle « est une disposition constante de l’âme à attribuer à chacun ce qui d’après le droit civil lui revient » (Spinoza, 1670). La justice renvoie au droit : droits de l’homme, droits du résident, droit des familles, droit du travail, etc. Les documents internes qui promeuvent le respect de la justice sont par exemple la charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante, le livret d’accueil du résident, etc. La justice n’est pas suffisante, elle doit être complétée par un troisième principe : l’équité, considérée comme « la sûreté du jugement dans l’appréciation de ce qui est dû à chacun » (Lalande, 1976). L’équité se traduit principalement par une égalité de traitement des demandes et des attentes ou besoins des résidents et de leurs familles. Elle implique d’accueillir les demandes d’informations et de recevoir les familles demandeuses, de veiller à l’équilibre des prestations entre les différents résidents quelles que soient leurs pathologies, etc.

 

 

La collégialité se fonde sur une éthique de la discussion (Habermas, 1992) et permet la régulation de l’autorité individuelle, la réduction de l’arbitraire, la rationalité des décisions, la transmission des compétences au-delà des personnes et enfin, le développement de la connaissance et de la reconnaissance réciproques. La collégialité consiste par exemple à constituer une équipe pluridisciplinaire pour un accueil cohérent et global : définition du projet individualisé, mise en place de groupes d’analyse des pratiques (animation et soins notamment), etc. Enfin, la responsabilité détermine nos choix en tenant compte des effets qui en résulteront (Ricoeur, 1994). En EHPAD, la responsabilité à l’égard des résidents peut se traduire par le fait d’accepter le risque (Bouquet, 2001), d’avoir conscience de son cadre de travail, de celui des autres et de ses propres limites. La responsabilité peut également s’illustrer par des décisions justifiées, des observations transmises, par l’engagement à l’égard des collègues (travail d’équipe) ainsi que des résidents (conscience professionnelle).

Pas de commentaire

LEAVE A COMMENT

EUR Euro